04 58 15 05 20    LIVRAISON EN 24H GRATUITE DÈS 150€ D'ACHAT
Close

Derniers articles

Voir tous les derniers articles

Le recyclage des batteries des véhicules électriques

Aujourd’hui la loi impose une valorisation des batteries à hauteur de 50% minimum. Mais il faut savoir que ce pourcentage est largement dépassé allant de 70% à 95% selon le type de batterie !


Que deviennent les batteries des véhicules électriques en fin de vie ? Une question qui soulève à son tour de nombreuses interrogations.

Il faut tout d’abord savoir que même usée, une batterie conserve des ressources et usages utiles, de part les matériaux qui la composent et son potentiel de réutilisation. Sa fin de vie pour l’usage d’une voiture électrique n’est pas une fin en soi, c’est en réalité le début d’une nouvelle vie.

On parle de fin de vie lorsque la batterie se situe entre 80% et 70% de sa capacité de stockage, la batterie devient trop faible alors pour propulser un véhicule ou bien lorsque celle-ci est endommagée suite à un accident par exemple.

Selon son état, la batterie ne suivra pas le même chemin :

1 - La réutilisation pour stockage

Lorsque que la batterie ne dispose plus de la puissance nécessaire aux déplacements d’une voiture électrique, elle peut trouver une seconde vie dans un système de stockage stationnaire, comme stocker de l’énergie solaire produite par un particulier ou une entreprise par exemple. Elle peut être également un système de secours en cas de coupure réseau, etc …

La durée de vie totale de la batterie est ainsi étendue jusqu’à 10 ans minimum.

A titre d’exemple, des batteries de Nissan Leaf sont utilisées afin d’alimenter la Johan Cruijff Arena d’Amsterdam et stocker l’énergie solaire produite par les panneaux photovoltaïques situés sur le toit du stade.

 

2 - Recyclage des matériaux car trop endommagée

Lorsque la batterie est trop dégradée et endommagée pour un usage de stockage, elle emprunte alors la voie du recyclage. Aujourd’hui la loi impose une valorisation des batteries à hauteur de 50% minimum. Mais il faut savoir que ce pourcentage est largement dépassé allant de 70% à 95% selon le type de batterie.

Différentes techniques permettent d’extraire les divers matériaux qui composent un accumulateur. Les batteries peuvent ainsi être broyées ou chauffées dans un four à pyrolyse, on parle alors de pyrométallurgie. L’hydrométallurgie est également un procédé utilisé afin d’en séparer les éléments.

Ces techniques permettent de récupérer lithium, nickel, cuivre, aluminium, cobalt, cadmium, etc réutilisables à l’infini sous forme de lingot ou poudre.

 

Pour conclure, les batteries de véhicule électrique trouvent une seconde vie sous forme de support de stockage ou sous forme de matière première après valorisation. Il faut également souligner, que par leur volume et leur poids, il est peu probable qu’une batterie ne suive pas la filière de recyclage en comparaison des milliers de batteries qui équipent nos smartphones et tablettes.

Passionné de nouvelles technologies -en particulier d'électromobilité-, j'ai rejoins l'équipe MyChargeBox en 2020 conquis par la vision d'avenir et le dynamisme de cette jeune startup Grenobloise. J'y développe notamment notre réseau d'électriciens IRVE revendeurs/partenaires.

Close